Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

 

 

AUTRES REGIONS DE MADAGASCAR

 

 

 

 

Région de MAJUNGA

 

CD03Majunga

 

PICT19AnkarafantsikaAnhinga

 

PICT20AnkarafantsikaPachypod

 

PICT21AnkarafantsikaCaméléon

 

PICT22AnkarafantsikaFleur

 

PICT23AnkarafantsikaChemFées

 

PICT24AnkarafantsikaSifaka

 

 

 

 

 

TAMATAVE et SAINTE-MARIE 

 

Andasibe, cris des lémuriens Indri indri

PICT6076Madagascar--Andasibe--lemurien-Indri-indri-redim64.JPG 

 

CD04-00Tamatave

 

CD05-00Sainte-Marie

 

 

 

 

 

ANTANANARIVO et région

 

CD06-00Antananarivo

 

CD06-01PICT18TanaMessePédro

 

Messe du Père Pédro le 1er janvier 2006

 

CD06-02aJMlePhotogrTientBoaRéduite

 

CD06-02PICT16TanaChuteLily

 

CD06-03PICT17TanaGeyser

 

Groupe de jeunes près du geyser à Ampefy en avril 2006

 

 

 

 

 

Régions d'ANTSIRABE, FIANARANTSOA et ROUTE NATIONALE 7

 

 

CD06-04PICT10AntsirabeLacTritriva


CD06-05PICT04RN7RizièresRizières

 

CD06-06PICT06RN7RécolteRizRécolte du riz

 

Madagascar, Soatanana, culte de l'église Fifohazana en mai 2006

 

Soatanana, procession de l'église Fifohazana en mai 2006

 

 

 

 

 

CD06-07PICT05RN7ThéSahambavyRécolte du thé 

 

PICT5166-redim640Train de Fianarantsoa à Manakara 

 

PICT5167-redim640Train de Fianarantsoa à Manakara 

 

Accueil par les chants d'enfants à Manakara le 18 mai 2006

 

 

 

CD06-08PICT03RN7AnjaBrookesiaRéserve villageoise d'Anja, caméléon Brookesia sp., taille adulte 

 

 

CD06-09PICT02RN7TroupeauZébusTroupeau de zébus 

 

CD06-10PICT01TulearCharZébusCharrette tractée par des zébus dans le Sud près de TULEAR 

 

_DSC0334Tulear.jpg.JPG

 

 

Tulear, le botaniste Monsieur Petignat en 2002, filmé par une équipe de télévision

 

 

 

 

 

 

 

Région de FORT-DAUPHIN (Sud-Est)

 

CD07-00FortDauphin

 

CD07-02PICT09FortDauphinNepenthes


CD07-04PICT08FortDauphinSifakas


CD07-05PICT07FortDauphinMimosaSensit

 

Fort-Dauphin, chant des cigales dans le Parc Andohahela en février  20005

 

 

CD07-06MakiCattaSud

 

PICT0620Fort-Dauphin-redim640.JPG

 

 

PICT0103Langoustes-a-Fort-Dauphin-redim640.JPG

Langoustes au restaurant chez Perline à Fort-Dauphin

 

 

 

 

 

Descentes des fleuves MANAMBOLO et TSIRIBIHINA, Tsingy de BEMARAHA

 

CD08-00PICT14ManamboloCanards

 

DSC3876Manambolo.jpg.JPG

 

CD08-04PICT11ManamboloZébusSousPont

 

CD08-00RivManamboloGrandsTsingy


CD08-02PICT13GrdsTsingyBemahRâle

 

 

Morondave, jeune jouant du Kabosy le 24 mai 2005

 

 

 

 

        D' Antananarivo à Nosy Be par l'Ankarafantsika

 

Texte et Photos de Jean-Marc BURGLIN

(Latania N°23)

 

 

Les circuits possibles à Madagascar sont variés et nombreux, que ce soit au départ de la capitale vers le sud par la RN7, ou vers l'est par la RN2, ou ceux au départ de villes de province comme Diégo, Tuléar, Tamatave, Morondava ou Fort Dauphin. Fin décembre 2009 j'ai eu l'occasion de rallier Antananarivo à Nosy Be avec deux amis en empruntant les routes nationales 4 et 6, cette dernière étant enfin bien carrossable. Les paysages sur le trajet sont très variés : hauts plateaux aux terres rouges ravinées de « lavakas », forêt sèche, plaines couvertes de palmiers Bismarckia nobilis à l'infini, zones plus humides à mangroves, plantations de cacao avant Nosy Be et les îles...

 

À moins de 150 kilomètres à l'ouest de la capitale, le long de la RN4 qui aboutit à Majunga, la tentation est grande de découvrir la Réserve spéciale d'Ambohitantely, parc national malgache que je n'ai pas encore visité... Mais les 12 kilomètres de piste depuis la nationale ne sont déjà plus praticables avec notre véhicule léger en ce début de saison des pluies. Non loin, des cascades dominées par un tout nouvel hôtel en construction au dessus d’une importante pépinière visible depuis la route font de suite rêver à une étape pour un voyage ultérieur.

 

Les villages traversés semblent figés dans le passé à voir les remorques à roues en bois tirées par des zébus. Les mangues bien mûres se vendent à moins d'un euro le seau entier, les cures de fruits sont faciles dans ce pays où de surcroît tout est issu de culture biologique. Plus loin, l'or recherché par une foule de malgaches assis dans le lit de la rivière Andiadia Nord ne doit pas abonder, ou il ne profite qu'à d'autres tant ces chercheurs semblent pauvres... Le pont suivant nous fera découvrir les eaux tumultueuses de la Betsiboaka qui coloreront de rouge un vaste delta jusque dans le Canal du Mozambique, 150 kilomètres en aval, au niveau de la ville côtière de Majunga.

 

La ville de Maevetanana située dans une cuvette mérite bien sa réputation ; la chaleur y est suffocante en été austral, mais cela n'empêche pas la grande effervescence, exclusivement masculine, autour des traditionnels combats de coqs du samedi. Nous en suivons une partie pendant une courte pause mais sans nous attarder car notre objectif est d'atteindre en fin d'après-midi la Réserve de l'Ankarafantsika, 120 kilomètres avant Majunga.

 

C'est sans conteste une des plus riches réserves du pays, notamment au niveau ornithologique : huppes, rolliers, falculies, vangas, perroquets, inséparables, guêpiers, buses, faucons, terpsiphones, engoulevents et martin-chasseurs en milieu sec y sont présents. Non loin, nous sommes émerveillés par une curiosité géologique peu connue : un impressionnant canyon creusé dans la latérite rouge nuancée de jaune et dans le fond duquel se dresse une multitude de cheminées de fées miniatures, qui justifient à elles seules d’attaquer la descente raide qui suit la marche d'approche du site.

 

Le long du sentier en forêt sèche caducifoliée les essences et plantes rares font oublier la très forte chaleur estivale, étouffante dès le matin. L'après-midi une balade plus reposante sur le lac Ravelobe proche permet de découvrir une faune et des paysages très différents ; le très rare pygargue de Madagascar se laisse approcher, tout comme le bizarre anhinga d'Afrique, alors qu'au passage de la barque hérons pourprés, crabiers, garde-bœufs ou ibis falcinelles nicheurs regroupés en une énorme colonie prennent leur envol au dernier moment. Les crocodiles semblent rares malgré les panneaux signalant le danger, les pêcheurs riverains ont sans doute chassé bon nombre d'entre eux...

 

Par contre les amateurs de lémuriens sont comblés car l’observation du très beau sifaka Propithecus verreauxi est aisée, celle d’Eulemur fulvus fulvus également, et l’on peut rencontrer la nuit Microcebus murinusouravelobensis. Les yeux exercés du guide local Ndrema nous repèrent aussi Lepilemuredwardsii et des caméléons comme Furcifer oustaleti ou Brookesia decaryi nain, ainsi que de nombreux iguanes de Madagascar.

 

Près de la route nationale, de gigantesques baobabs valent également un petit détour, tels Adansonia perrieri (à floraison jaune d'après notre guide qui pourtant les nomme A. madagascariensis dont la floraison est rouge).

 

Près des bureaux d'accueil, la fondation Durrell reproduit en enclos des tortues rares pour les réintroduire plus tard dans leur milieu. L'élevage de 23 des 43 derniers canards fuligules de Madagascar, espèce quasi éteinte, reste conditionnée à l'attribution de subventions européennes pour leur survie, car leur envoi dans un zoo étranger est interdit vu leur statut de préservation...

 

Ici les palmiers sont rares, et nous pensons reconnaître un Borassus au bord du lac Ravelobe, puis des Dypsis ou Ravenea en forêt sèche. Nos guides ne sont pas spécialisés dans ce domaine et un groupe de Palmeraie-Union les identifierait certainement...

 

Le lendemain nous reprenons la route vers le nord par la RN6 au milieu de vastes étendues couvertes de palmiers Bismarckia nobilis à perte de vue. Leurs feuillages bien verts, quand les feux de brousse ne les ont pas trop malmenés, sont un peu différents d'aspect de ceux plantés à la Réunion, plus bleutés. Après Mampikony et ses champs de tabac il ne reste qu'une vingtaine de kilomètres pas encore goudronnés avant Port Berger, les travaux ayant été interrompus par la crise politique actuelle, mais l'état de la piste est toutefois excellent.

 

À une cinquantaine de kilomètres au nord de Port Berger nous admirons les plus belles étendues de grands palmiers Bismarckia nobilis, toujours de la variété verte quant au feuillage, un vrai régal pour les yeux !

 

Nous ne croisons pas de touristes dans ces endroits reculés et, comme partout dans la Grande Île, l'accueil est toujours chaleureux dans les villages ou lors des arrêts en bord de route pour acheter noix de coco, mangues, jamblons de saison ou fruits d'anacardiers. Même accueil plaisant dans les petits « hotely » qui ne sont en fait que de petits restaurants où l'on mange très bien si on apprécie la cuisine malgache avec ses bons ravitotos, romazavas ou brèdes accompagnés de « vary », le riz en plat principal, avec en boisson l'eau de riz « ranovola ». Pour l’hébergement, les deux nuits dans un bungalow du parc de l'Ankarafantsika ont été très confortables et, à mon grand étonnement, nous trouverons des hôtels bien agréables et un accueil des plus sympathiques à Antsohihy et à Ambanja, avec de l'électricité sans coupures permettant de ne pas souffrir de la chaleur grâce au ventilateur !

 

Arrivés près d'Antsohihy nous passons à quelques 60 kilomètres d'Analalava où a été découverte une nouvelle espèce remarquable de palmier, un nouveau genre même dans la tribu des Chuniophoeniceae : Tahina spectabilisde Tahina signifiant « béni » en malgache, prénom de la fille de Xavier METZ, auteur de la découverte en 2006. La reconnaissance officielle du palmier date du 17 janvier 2008. Spectaculaire comme le Talipot, le plus grand palmier de Madagascar (jusqu'à 20 mètres de haut et visible sur les images satellite) produit une inflorescence de 6 à 8 mètres de haut au bout de 50 à 100 ans avant de mourir. Moins d'une centaine de palmiers de cette espèce remarquable ont été recensés dans la nature. Des graines ont été diffusées pour conserver l'espèce très décorative en populations cultivées. Ses graines le rapprochent du Kerriodoxa de Thaïlande et du Chuniophoenix de Chine, ce qui est peu surprenant puisque Madagascar était attachéau sous continent indien il y a 50 à 80 millions d'années...

 

La piste défoncée oblige, au moins en saison des pluies, à prendre un bateau depuis Antsohihy, et il faut compter 4 heures sur le delta de la rivière Loza pour rejoindre Analalava en face des sites où les Tahina spectabilis seraient visibles. Le propriétaire très accueillant de l'hôtel Biaina d'Antsohihy organise le déplacement par voie d'eau et l'hébergement à l'hôtel de son ami à Analalava... Avis à d'éventuels amateurs que le voyage tenterait...

 

La prochaine étape à Ambanja nous permettra de réaliser une balade vers une cascade en longeant le lit d'une petite rivière avec le jeune botaniste local Francisco, et une très intéressante visite de plantation de cacao à l'ombre des arbres Terminalia mantaly. Fleurs du cacaoyer puis chérelles ou fèves naissantes sur les troncs (cauliflorie) ou les branches (ramiflorie), séchage des fèves et préparation pour l'exportation n'auront plus de secret pour nous après cette visite. Un caméléon Furcifer pardalis mâle de la forme locale " Ambanja " nous rappelle exactement les couleurs du mâle de notre « endormi » réunionnais dont les ancêtres provenaient peut-être de cette région de la Grande Île.

 

La dernière partie du voyage nous mènera à Nosy Be, endroit que l’on aime beaucoup ou peu, à chacun de se faire son opinion : davantage de touristes qu’avant, un peu plus de propreté dans certains endroits touristiques par rapport à il y a quelques années, un tronçon de route en bon état pour visiter la grande usine de parfums d'ylang ylang vers Ampasindava, une montée au Mont Passot laborieuse par la route en mauvais état mais une vue panoramique toujours aussi magnifique, et on découvre encore des lieux de toute beauté sur l'île. Un saut de puce en bateau et c'est le paradis total en posant les pieds sur la petite île de Nosy Tanikely au lagon protégé riche en coraux, poissons multicolores et tortues marines...

 

Les palmiers du genre Dypsis de Nosy Komba seraient également à voir pour une détermination précise, mais l'île est devenue trop touristique, surtout si l’on reste près de la plage et autour des lémuriens domestiqués Eulemur macaco macaco de son mini zoo.

 

Nous n'irons pas cette fois dans la forêt de Lokobe, où se trouve une réserve intéressante, notamment pour ses palmiers, mais ceux-là sont situés loin du circuit guidé et il faudra attendre que le WWF y aménage de nouveaux sentiers de visite.

 

Notre séjour à Hell Ville nous aura permis de vivre le passage dans la nouvelle année 2010 au milieu de malgaches chaleureux sachant recevoir et accueillir les seuls étrangers de la soirée sous les rythmes de leur musique traditionnelle et moderne, dans une ambiance tout à fait dépaysante.

 

Il reste à espérer que la crise politique paralysante pour le pays trouve enfin une issue pour que les activités économiques, dont dépend la survie de la population, et touristiques qui nous concernent plus directement reprennent dès que possible...

 

Contacts pour ce circuit à Madagascar : 

 

-Chauffeur qui effectue aussi les réservations pour le parc de l'Ankarafantsika et les hôtels : Parany payps2003@yahoo.fr Tél (00261) (0)33 11 36 212
-Auberge du Cheval Blanc à Ivato près aéroport de la capitale : (00261) 20 22 446 46
-Hôtel Biaina à Antsohihy :philipperobinet2003@yahoo.fr Hôtel BIAINA BP 118 à 407 Antsohihy tél (00261)(0)32 44 17 656
-Hôtel Varatraza à Ananalava :www.hotel-varatraza.com Tél (00261) (0)32 04 92 135 ou passer par les contacts Hôtel Biaina à Antsohihy
-Hôtel Palma Nova à Ambanja Tél (00261) (0)32 481 40 49 et guide Francisco (00261) (0)32 42 92 873

-Hôtel Belle Vue à Hell-Ville, Nosy Be : (00261) (0)2 08 66 13 84



DSC6034Mahatsinjo sur la RN4, carriole à roues en bois.jp

Mahatsinjo sur la RN4, carriole à roues en bois                          

 

DSC6050Sur la RN4 après Mahatsinjo, récolte de mangues.jSur la RN4 après Mahatsinjo, récolte de mangues 

 

DSC6200Lémurien sifaka Propithecus verreauxi coquereli.jp Lémurien sifaka Propithecus verreauxi coquereli                                           

 

DSC6211Un lémurien femelle de l'espèce Eulemur fulvus fuLémurien femelle de l'espèce Eulemur fulvus fulvus                                                          

 

DSC6417A Ampijoroa, canyonA Ampijoroa, canyon avec curieuses cheminées de fées miniatures 

 

DSC6959-redim640Fuligule de Madagascar, le très rare Aythya innotata, une espèce quasi éteinte 

 

DSC6722-redim640  Lac Ravelobe, le très rare pygargue de Madagascar Haliaeetus vociferoides 

 

DSC7010Falculie mantelée Falculea palliata-redim640Falculie mantelée Falculea palliata                                       

 

DSC7020-redim640Engoulevent de Madagascar Caprimulgus madagascariensis 

 

DSC7202-redim640Sur la RN6 vers Ambalafamainty, une multitude de Bismarckia nobilis forme verte                                 

 

DSC7284-redim640Bifurcation vers Analalava par une mauvaise piste vers les palmiers Tahina spectabilis 

 

DSC7813-redim640A Ambanja dans le domaine Cacao Sagi, séchage et brassage des fèves de cacao après fermentation          


DSC7820-redim640Ambanja près de l'hôtel Palma Nova, les restes de cabosses de cacao servent de nourriture aux zébus 

 

DSC7853-redim640A 10km au nord d'Ambanja caméléon Furcifer pardalis mâle couleur locale " Ambanja "                          

 

_DSC7584articleNosyBe.jpg.JPG  

DSC8035-redim640Nosy Be, port du Cratère des pêcheries à Ambatoloaka 

 

Nosy Be, chants d'accueil le 10-12-2005

Nosy Be, messe à Hell Ville le 25 mars 2006

 

 

 

DSC8405-redim640Nosy Be, lac Amparihibe, au fond île Nosy Sakatia depuis le Mont Passot                           

 

DSC8408-redim640 Nosy Be, distillerie artisanale d'ylang ylang 

 

DSC8410Fleurs parfumées d'ylang ylang-redim640Fleurs parfumées d'ylang ylang                           

 

DSC8435-redim640

 

CD10NosyBe

 

 

 

 

 

Région de MORONDAVA

 

CD08-20PICT12MorondavaBaobabsAmoureux 

CD08-22AlléeBaobabs




 



 

Partager cette page

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de decouvertephotos
  • : Photos de voyages et de l'Ile de la Réunion
  • Contact

Recherche

Pages

Liens