Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

 

 

 

                       Voyage en Islande du 2 au 9 juillet 2012

 

 

_DSC3590--2-.JPG

 

 

-La côte Sud : Reykjavík route 1 Selfoss, Skogar, Vik au lagon glaciaire de Jökulsarion

 

Porleif (se prononce Thorleif) notre guide islandaise, 320 000 habitants en Islande

_DSC3600.JPG

 

Volcan Eyjafjallajökull aux cendres perturbatrices en 2010 

_DSC3669.JPG

 

Iles volcaniques Vestmann à 10km de la côte, dont Surtsey née en 1963 d'une éruption sous-marine et classée réserve au patrimoine mondial

_DSC3678.JPG

 

Route 1 vers les chutes Skogafoss

_DSC3686.JPG


Chutes Skogafoss, 62 m de hauteur, alimentées par le glacier Myrdalsjökull. Le colon viking Prasi y aurait caché son trésor...

_DSC3698.JPG

 

Skogar, musée de plein air, ferme traditionnelle en tourbe de la fin du 19ème siècle

_DSC3753.JPG

 

Pavot arctique Papaver radicatum pouvant fleurir jusque près du Pôle Nord

_DSC3754.JPG

 

Eglise de Skogar, intérieur ancien: retable de 1768, lustres du 16ème siècle provenant d'autres églises

_DSC3761.JPG

 

Maison de Holt de 1878 entièrement construite en bois flottant déposé par la mer sur certains points de la côte et durci par l'eau de mer

_DSC3762.JPG

 

Ecole de Litli-Hvammur, Myrdalur, construite en 1901, ancienne salle de classe. L'alphabet islandais comporte 32 lettres dont 2 inconnues pour nous, des noms souvent très longs et imprononçables. C'est une langue germanique dérivée du norrois pratiqué au Moyen-Age dans les pays scandinaves

_DSC3764.JPG

 

Guide française au musée et fidla, vièle utilisée avant le 18ème siècle

_DSC3770--2--redim640.JPG

 

Le fondateur du musée, plus de 90 ans, y vient chaque jour et joue du Fidla, instrument traditionnel  

 

Patins à glace en os de pattes de cheval ou de bovin attachés aux chaussures

_DSC3795--2-.JPG

 

Saule laineux Salix lanata au feuillage garni d'un duvet blanc gris

_DSC3838Saule-laineux-Salix-lanata.JPG

 

La petite église de Vik sur une colline

_DSC3876.JPG

 

Lupins d'Alaska Lupinus nootkatensis introduits pour coloniser les sols pauvres et éviter l'érosion, l'espèce pourtant belle tendrait à devenir envahissante...

_DSC3877.JPG

 

Plage de Vik, sable volcanique noir

_DSC3877-copie-1.JPG

 

Grive mauvis d'Islande Turdus iliacus coburni sur fleur d'angélique

_DSC3878-2-.JPG

 

Courlis corlieu Numenius phaeopus

_DSC3909-2-.JPG

 

Mousse sur lave à Fjadrargljufur, les gorges de 100 mètres de profondeur au fond

_DSC3942.JPG

 

DSC3943r

 

Vue depuis Islandia Hotel Nupar près de Kalfafell

_DSC3975.JPG

 

Serpolet arctique Thymus polytrichus

_DSC3984.JPG

 

Pont emporté par les crues et les blocs de glace suite à l'éruption en novembre 1996 du volcan Grimsvötn dans le Vatnajökull, le plus grand glacier d'Europe, 8000km2, la surface de la Corse

_DSC4041.JPG

 

Parc National de Skaftafell, vertes vallées, cascades et landes glaciaires, camping aménagé à l'entrée du parc

_DSC4058.JPG

 

Salix myrsinifolia borealis ou sp. (6 espèces de saules en Islande)

_DSC4060.JPG

 

Bouleau des régions arctiques Betula humilis ou sp.

_DSC4068--2-.JPG

 

Sorbier des oiseleurs Sorbus aucuparia

_DSC4082.JPG

 

Bécassine des marais Gallinago gallinago, bruit de crécelle en vol par frottement des plumes de la queue   

_DSC4092-2-.JPG

 

Cascade de Svartifoss aux orgues basaltiques très géométriques

_DSC411.JPG

 

Insecte sur silène maritime Silene maritima

_DSC4123-2-.JPG

 

Bartsie des Alpes Bartsia alpina

_DSC4125.JPG 

Le plus haut sommet islandais, Hvannadalsknukur, 2119 mètres d'altitude

_DSC4137-JPG

 

Gesse maritime Lathyrus japonicus

_DSC4151.JPG

 

Lagopède des Alpes Lagopus mutus

_DSC4161.JPG

 

Vatnajökull, le plus grand glacier d'Europe, 8000km2, la surface de la Corse

_DSC4187.JPG

 

Icebergs du lagon glaciaire de Jökulsarlon retenus par des barres sous l'eau pour préserver le pont routier. Lac né dans les années 1930, 260 mètres de profondeur, des centaines d'icebergs détachés de langues glaciaires y flottent. Relié à la mer, 50% de l'eau du lagon est salée. Les glaciers reculent de 5 à 10 mètres chaque année, là aussi une conséquence du réchauffement climatique. Lieu de tournage de publicités et de films dont deux James Bond: Dangereusement vôtre et Meurs un autre jour ou Batman Begins de Christopher Norlan

_DSC4225.JPG

 

_DSC4301Icebergs-du-lagon-glaciaire-de-Jokulsarlon.JPG

 

_DSC4319.JPG

 

Glace millénaire à goûter et utilisée pour fabriquer une bière réputée

_DSC4268.JPG

 

Engin amphibie pour approcher des icebergs

_DSC4314.JPG

 

Phoque gris ou commun 

_DSC4338-2-.JPG

 

Grand labbe Stercorarius skua

_DSC4380.JPG

 

Renard polaire et oiseaux naturalisés à la ferme-hôtel Smyrlabjörg

_DSC4410.JPG

 

Plantation de rhubarbe à la ferme-hôtel Smyrlabjörg

_DSC4416.JPG

 

Partout des langues glaciaires, des eaux de fonte et des moutons, 500 000 dans le pays, plus du double que d'habitants. En liberté de mai à septembre puis rassemblés avec difficulté car ils sont très indépendants, leur laine et leur chair est de très bonne qualité.

_DSC4421.JPG

 

_DSC4427Moutons-sur-la-route-1-vers-les-fjords-de-l-Est-red.JPG

 

Champ de pommes de terre vers Höfn

_DSC4446.JPG

 

Après Höfn, le tunnel Almannaskard de 1,3km de longueur passe sous la montagne, vue de la côte Sud-Est et le Vatnajökull, plus grand glacier d'Europe, depuis l'ancienne route

_DSC4455.JPG

 

Armérie maritime Armeria maritima

_DSC4469-redim640.JPG

 

Silène acaule Silene acaulis

_DSC4470-redim640.JPG

 

 

-Les Fjords de l'Est : Faskrudsfjordur, Hallormsstadur 

 

 Stafafell, milieu à rennes, 3000 vivent sauvages sur la côte Est, pas d'élevage ici

_DSC4487.JPG

 

_DSC4500Rennes-sauvages--3000-en-Islande--2-.JPG

 

Grand groupe de cygnes chanteurs Cygnus cygnus qui s'éloignent en courant sur l'eau au passage du bus

_DSC4508--2-.JPG

 

Djupivogur, 350 habitants, son port et sa petite église bien que la population ne soit pas très pratiquante. En 1627 des pirates algériens l'ont attaqué, capturant 60 personnes, des femmes surtout, qui ont été déportées... Non loin, l'île de Papey où vécurent des moines ermites irlandais il y a 11 siècles

_DSC4538.JPG

 

Vers Faskrudsfjördur le port d'attache des pêcheurs français du 19ème au début du 20ème siècle, noms des rues en Français aussi. Il y a eu jusqu'à 5000 français dans le fjord, ils avaient leur consul, une chapelle et un hôpital 

_DSC4616-.JPG

 

Ancien hôpital des français en cours de restauration

_DSC4617.JPG

 

Faskrudsfjördur, fjord où les pêcheurs français accostaient

_DSC4620.JPG

 

Cimetière de 49 marins français, , leurs noms et nom du bateau inscrits sur la plaque ainsi qu'un extrait de poème de Cantel « Les Regrets » (1925)

« Elles étaient une centaine,

Qui s'en allaient tous les printemps,

Au gré des flots, au gré des vents,

Là-bas, vers l'Islande lointaine. »

_DSC4660.JPG

 

Brouillard typique de l'Est et piquets jaunes plus grands pour repérer la route à déblayer en hiver dans les hautes terres désertiques, abri en cas de panne

_DSC4702Brouillard-de-l-Est.JPG

 

Hallormsstadur, école-hôtel en été à côté du très long lac Lögurinn ou Lagarfljot, nom du fleuve qui alimente le lac depuis une langue glaciaire. Un monstre type celui du Loch Ness cité depuis le 14ème siècle y a été filmé début 2012, une sorte de serpent, ver géant ou silure de 15 mètres de long, 90 mètres selon certains...

_DSC4729.JPG

 

Hautes terres du plateau intérieur de Modrudalsöraefi au niveau du fjord Vopnafjördur. Le lupin ne pousse plus au dessus de 400 mètres d'altitude, on plante une graminée contre l'érosion, le seigle de mer Leymus areanarius

_DSC4802.JPG

 

Paysage lunaire type Plaine des Sables à la Réunion, hautes terres du plateau intérieur de Mödrudalsöraefi au niveau du fjord Vopnafjördur

_DSC4809.JPG

 

Herdubreid qui signifie « large d'épaules » en islandais, volcan qui dépasse de 1000 mètres la caldeira de l'Askja, 1682 mètres d'altitude, la plus belle montagne d'Islande

_DSC4815.JPG

 

Mödrudalur, petite église du 20ème siècle construite par un fermier en pleine nature

_DSC4840.JPG

 

Petit cimetière et maisons en tourbe pour les touristes

_DSC4842.JPG

 

Grimsstadir, cygne chanteur Cygnus cygnus, on en voit un peu partout avec des jeunes

_DSC4863Cygne-chanteur-Cygnus-cygnus---3-.JPG

 

 

-Le Nord : Dettifoss, Asbyrgi, Tjörnes, Husavik, Myvatn, Godafoss, Akureyri, Glaumbaer, Vidimyri

 

 

La cascade de Dettifoss, 44 mètres de hauteur et 100 mètres de largeur est la plus puissante d'Europe avec un débit de 500m3 par seconde

_DSC4911.JPG

 

 

 

Canyon Jökulsargljutur, 25km de long sur 500 mètres de large en aval de la cascade

_DSC4917.JPG

 

Orchidée verte du nord Habenaria hyperborea    

_DSC4934.JPG

 

Traquet motteux Oenanthe oenanthe au pique-nique

_DSC4948.JPG

 

Cratère route vers Myvatn

_DSC4951--2-.JPG

 

Au fond l'Océan Glacial Arctique et le Cercle Polaire, après le pont sur le fleuve Jökulsa près de son embouchure, le Parc National

_DSC4964---2-.JPG

 

Fleuve Jökulsa près de son embouchure, en amont un important barrage produit de l'électricité au bord du grand glacier Vatnajökull. 5 barrages assurent 30% de la production d'électricité du pays

_DSC4971.JPG

 

Asbyrgi, gros 4X4 à 8 cylindres

_DSC4975.JPG

 

Myrtille commune Vaccinium myrtillum 

_DSC4984.JPG

 

Asbyrgi, canyon en fer à cheval avec forêt de bouleau. Il aurait été creusé par le fer du cheval Sleipnir du héros de la mythologie scandinave Odin. En fait une éruption volcanique il y a quelques milliers d'années aurait fait fondre une énorme quantité de glace du Vatnajökull proche. Il fait 24° en été dans le canyon

_DSC4994.JPG

 

Canard siffleur Anas penelope et son caneton

_DSC4995.JPG

 

L'Océan Glacial Arctique depuis la péninsule de Tjörnes

_DSC5052.JPG

 

Macareux moines Fratercula arctica au loin

_DSC5065.JPG

 

Fulmar boréal Fulmarus glacialis aussi appelé pétrel fulmar et fulmar glacial sur son nid dans les falaises

_DSC5072---3-.JPG

 

Vue sur l'île Grimsey où passe le Cercle Polaire Arctique, 92 habitants et grandes colonies nicheuses de macareux moines. De l'autre côté du fjord un ours polaire arrivé sur un bloc de glace a été vu par des touristes il y a deux jours

_DSC5086.JPG

 

Husavik « la baie des maisons », 2200 habitants, église de 1907 et colline couverte de lupins, légumineuse enrichissant le sol introduite contre l'érosion mais devenant parfois envahissante 

_DSC5114.JPG

 

Husavik, départ pour l'observation des baleines

_DSC5126--2-.JPG

 

_DSC5129Depart-pour-observer-les-baleines.JPG

 

Eider à duvet Somateria mollissima mâle

_DSC5132--2-.JPG

 

Macareux moine Fratercula arctica

_DSC5200--3-.JPG

 

Baleine à bosse Megaptera novaeangliae dans le fjord de Husavik, dès qu'une baleine est repérée le bateau s'en approche à toute vitesse au plus près, sans trop respecter les conventions comme dans d'autres pays. Les baleines peuvent se lasser de ce ballet incessant de bateaux dès qu'elles sont visibles...

_DSC5208-2-.JPG

 

_DSC5209--2-.JPG

 

_DSC5276--2-.JPG

 

_DSC5281--2-Baleine-a-bosse-Megaptera-novaeangliae.JPG

 

_DSC5322-2-.JPG

 

Le soleil n'est pas couché à 22h30 en été

_DSC5357Soleil-pas-couche-a-22h30.JPG

 

Route 87 de Husavik vers Myvatn, eau chaude pour chauffer des serres éclairées

_DSC5390--2-.JPG

 

Route vers Myvatn.

_DSC5395--2-.JPG

 

Namafjall est une zone de haute température avec évents de vapeur et marmites de boue, 80 à 100 degrés au sol, il ne faut pas marcher hors des pistes balisées. A 1000 mètres de profondeur il fait plus de 200 degrés. Divers gaz avec les vapeurs, dont hydrogène sulfuré à odeur d'oeuf pourri comme l'eau du robinet dans certains hôtels (sinon celle provenant de glaciers est excellente). Importants dépôts de soufre, des mines étaient exploitées autrefois pour la poudre à canon

Events de vapeur et marmites de boue

_DSC5428.JPG

 

_DSC5473Namafjall--marmite-de-boue.JPG

 

 

_DSC5482Namafjall--event-de-vapeur.JPG

 

 

_DSC5484Namafjall--belles-colorations-du-paysage.JPG

 

_DSC5518Namafjall.JPG

 

Faille de Grjotagja

_DSC5560.JPG

 

Grottes de Grjotagja dues à la grande faille, lieu de bain autrefois mais risques d'éboulements de la voûte et eau trop chaude maintenant (50 degrés)

_DSC5561.JPG

 

Chaos de lave et lac Myvatn

_DSC5591.JPG

 

Dryade à huit pétales Dryas octopetala

_DSC5619.JPG

 

Grassette commune Pinguicula vulgaris carnivore

_DSC5622--2-.JPG

 

Gros 4X4 pour circuits sur les pistes difficiles dans l'intérieur de l'île

_DSC5626.JPG

 

Garrot d'Islande Bucephala islandica

_DSC5631--2-.JPG

 

Sterne arctique Sterna paradisaea  

_DSC5649-2-.JPG

 

Pseudo-cratères à Skutustadir, ils se seraient formés il y a 2300 ans par explosion de vapeurs dues au contact de la lave et des eaux du lac Myvatn avec ses moucherons (" My " signifie mouche et " vatn " lac): s'il n'y a pas de moustiques en Islande, le lac est le domaine de colonies de moucherons qui se posent sur la peau sans piquer, gênant pour certains touristes qui mettent des voiles pour se protéger

_DSC5660.JPG 

Grèbe esclavon Podiceps auritus 

_DSC5662--2-.JPG

 

Benoîte des ruisseaux Geum rivale 

_DSC5672.JPG

 

Phalarope à bec étroit Phalaropus lobatus 

_DSC5683--2-.JPG

 

Barge à queue noire islandaise Limosa limosa islandica

_DSC5685--2-.JPG

 

Piscine-lagon artificiel aux eaux turquoises à plus de 30 degrés, l'air extérieur est à 10 degrés en plein cœur de l'été. Bain reposant car l'eau est riche en minerais, silicates et micro-organismes

_DSC5742.JPG

 

Cane fuligule morillon Aythya fuligula aplatie au sol pour traverser la route devant le bus, suivie de ses canetons, après bien des hésitations à traverser. Une fois de l'autre côté, elle reprend sa posture de marche normale !

_DSC5764--2-.JPG

 

Chevaux islandais, ils sont 100 000 sur l'île, exportation des plus beaux pour l'équitation et des moins beaux pour la boucherie, les Islandais ne mangent pas de cheval. Deux allures de plus proches du galop chez le cheval islandais très docile et agréable à monter

_DSC5782-.JPG

 

Chutes de Godafoss «chute des Dieux» entre Myvatn et Akureyri sur la rivière Skalfandafljot, 12 mètres de hauteur. En l'an 1000 les effigies des dieux païens y ont été jetées lors de la conversion au christianisme

_DSC5804.JPG

 

Plongeon imbrin Gavia immer

_DSC5859--2-.JPG

 

Akureyri, grand bateau Costa à quai

_DSC5891.JPG

 

Eglise en forme d'orgues basaltiques, rues et au fond la montagne station de ski

_DSC5900.JPG

 

Trolls, créatures légendaires d'Islande

_DSC5904.JPG

 

Ours polaires peluches, des vrais perdus sur des icebergs à la dérive atteignent parfois les côtes islandaises

_DSC5905.JPG

 

Lystigardur, jardin botanique d'Akureyri vieux sorbiers des oiseleurs au fond Sorbus aucuparia

_DSC5928.JPG

 

Floraisons remarquables de papavéracées

_DSC5973.JPG

 

Bourdon sur lupin rose

_DSC5983--2-.JPG

 

Aulne blanc Aulnus incana

_DSC6021.JPG

 

Vers Varmahlid, ferme-musée de Glaumbaer en tourbe datant du 18ème-19ème siècles, une des plus célèbres d'Islande, comme un talus de derrière. Bâtiments en bois, épais murs en tourbe.

_DSC6145.JPG

 

_DSC6150Epais-murs-en-tourbe.JPG

 

Rivière à truites et ombres chevaliers (mais permis de pêche très chers), neiges éternelles dans le nord à moins de 300 kilomètres du Groënland

_DSC6208.JPG

 

Eglise de Vidimyri, dès 1318 au début du christianisme, l'actuelle érigée en 1834 en bois et tourbe herbeuse renouvelée

_DSC6220Eglise-de-Vidimyri-de-1834.JPG

 

Intérieur, retable de 1616 représentant la Cène. Bancs pour hommes au sud, pour femmes au nord dans les églises islandaises après la Réforme

_DSC6227Interieur--retable-de-1616--2-.JPG

 

Céréales près de Güllfoss, rares champs d'orge, les céréales n'arrivent pas chaque année à maturité mais de mieux en mieux avec le réchauffement climatique qui présente quelques avantages dans ces contrées. Parfois sacs plastiques blancs : épouvantails pour éloigner les oies sauvages. 70% des céréales sont importées

_DSC6246Cereales-pres-de-Gullfoss.JPG

 

Repas de midi Guesthouse Daeli à Vididalur, saumon de la rivière voisine et salade du jardin

_DSC6265.JPG

 

 Epilobe arctique Epilobium latifolium

_DSC6266.JPG

 

Pavot d'Islande Papaver nudicole

_DSC6268.JPG

 

Pipit farlouse Anthus pratensis

_DSC6273-2-.JPG

 

Angélique Angelica archangelica, plante utilisée en légume, tiges confites ou pour aromatiser les plats, cette ombellifère dépasse le mètre en taille sous ces latitudes

_DSC6277.JPG

 

Petites mouches sur fleur d'angélique

_DSC6278--2-.JPG

 

 

-L'Ouest : Hraunfossar, Reykholt, Thingvellir, Geysir, Gullfoss

 

Cascade Kolugljufur route 1 vers Baula

_DSC6288.JPG

 

Près de Baula, linaigrette de Scheuchzer Eriophorum scheuchzeri

_DSC6318.JPG

 

_DSC6319-2-.JPG

 

_DSC6324Aire-de-station-service-pres-de-Baula.JPG

 

Deildartunguhver, source d'eau chaude la plus puissante d'Europe servant au chauffage de serres et des maisons grâce à 74 km de canalisations, l'eau sort bouillante

_DSC6335.JPG

 

_DSC6353-.JPG

 

 

_DSC6354-.JPG

 

Deildartunguhver, bus vente de légumes des serres, de souvenirs et photo du chien de race berger islandais proche du Buhund norvégien

_DSC6378.JPG

 

Près de Reykholt, cascades de Hraunfossar le long d'une coulée de lave pour se jeter dans la rivière Hvita

_DSC6391.JPG

 

Comaret Potentilla palustris

_DSC6394--2-.JPG

 

Barnafoss, marmites de géants dans les gorges et cascade signifiant «la Chute des Enfants» noyés lors de la messe de Noël près de l'arche-pont naturel que leur mère fit détruire ensuite pour que la tragédie ne se reproduise plus

_DSC6406.JPG

 

Notre chauffeur et son gros téléobjectif, retraite à 67 ans, certains islandais travaillent jusqu'à 70 ans...

_DSC6430f.JPG

 

Reykholt, deux églises du même culte près de l'hôtel, la nouvelle plus grande de 1996 et celle de droite plus ancienne (1886)

_DSC6435-2-.JPG

 

Bain de Snorri près d'une source d'eau chaude

_DSC6442.JPG

 

Tomates de serre

_DSC6453.JPG

 

Bergeronnette grise Motacilla alba

_DSC6471Reykholt--bergeronnette-grise--2-.JPG

 

Equitation et forêt plantée

_DSC6477.JPG

 

Sentier botanique aménagé en forêt, bouleau pubescent Betula pubescens

_DSC6485.JPG 

Sentier en copeaux de bois et conifères

_DSC6490.JPG

 

Géranium des bois Geranium sylvaticum

_DSC6496.JPG

 

Labbe parasite Stercorarius parasiticus

_DSC6509-2-.JPG

 

Thingvellir, le plus grand lac naturel d'Islande, 83km de long où de nombreux habitants de la capitale ont des résidences secondaires, Reykjavik n'est qu'à 50 kilomètres. Lac riche en truites de mer, ombres et oiseaux, lave cordée au premier plan

_DSC6614-.JPG

 

Thingvellir, le Rift, faille tectonique haute de plus de 30 mètres séparant l'Amérique de l'Europe, les continents s'écartent de 5mm par an.

_DSC6625.JPG 

Hémicycle en haut de falaise, lieu où se rassemblait l'Althring au 10ème siècle, un parlement de gouvernement démocratique.  La foule pour découvrir la grande faille inscrite au Patrimoine Mondial de l'UNESCO depuis 2004 dans le Parc National créé en 1930

_DSC6627.JPG

 

Eglise et faille depuis le bas

_DSC6672Eglise-et-faille-depuis-le-bas.JPG

 

Oies cendrées et jeunes Anser anser

_DSC6680--2-.JPG

 

Eglise et falaise, paysage magnifique

_DSC6688.JPG

 

Geysir, colline de rhyolite rouge

_DSC6743.JPG

 

Geysir d'où vient le mot geyser, Strokkur qui jaillit toutes les 5 minutes jusqu'à 30 mètres de hauteur. Le petit cratère bout du conduit souterrain est en partie rempli d'eau qui en chauffant et sous pression au fond remonte en surface pour finalement propulser une colonne d'eau et de vapeur à 250 degrés

_DSC6760Le-petit-cratere-bout-du-conduit-souterrain.JPG

 

_DSC6762L-eau-monte-en-une-boule-bleue.JPG

 

_DSC6767--2-.JPG

 

_DSC6772.JPG

 

 

Geysir, marmites et fumerolles autour du geyser Strokkur

_DSC6828.JPG

 

Gullfoss, véhicule pour accéder au glacier Langjökull

_DSC6858.JPG

 

Gullfoss, cascades à deux niveaux, signifie la « la chute d'or » en raison du fréquent arc-en-ciel autour de ses impressionnants embruns. 32 mètres de haut, son débit est puissant : 130 m3 par seconde

_DSC6873.JPG

 

Gullfoss, chutes puis gorges de 2,5 kilomètres de long

_DSC6907Gullfoss---gorges.JPG

 

La centrale géothermique de Hellisheiði à 30km de la capitale, en agrandissement pour devenir la plus grande au monde avec 300 Mégawatts d'électricité et 130 d'énergie thermique, puits de captage à 2200 mètres de profondeur dans une zone volcanique aux activités géothermiques parmi les plus intenses du pays (eau à 380°)

_DSC6959Centrale-geothermique-de-Hellishei-i.JPG

 

 

-La capitale Reykjavik, la plus septentrionale au monde

 

Perlan « La Perle » ancien château d'eau chaude de la ville transformé en musée historique et point de vue sur la capitale, 6 citernes pouvaient contenir chacune 4 millions de litres d'eau à 80 degrés

_DSC6994Reykvavik--.JPG

 

Vue sur Reykvavik depuis le Perlan, par temps pluvieux malheureusement en fin de journée...

_DSC7013.JPG

 

Faux palmiers comme des vrais dans le Perlan

_DSC7016.JPG

 

Port, point de départ des sorties en mer pour l'observation des baleines, avec du vent et des vagues jusque dans la baie abritée. Je n'y suis pas allé, bien que prévue dans le programme du voyage, une chance car la mer était très mauvaise et les baleines invisibles...

_DSC7064.JPG

 

Mouette rieuse Larus ridibundus en plumage d'été 

_DSC7065--2-.JPG

 

Cathédrale-basilique de Landakot, l'unique cathédrale catholique islandaise au clocher de forme cubique

_DSC7078.JPG 

Maison entourée de verdure en centre ville

_DSC7080.JPG

 

Erable sycomore Acer pseudoplatanus, un des plus grands arbres de la capitale

_DSC7082.JPG

 

Mairie et lac Tjörnin en centre ville. On ajoute de l'eau chaude géothermale en hiver pour qu'il ne gèle pas !

Nourrissage des canards, oies et goélands

_DSC7090Mairie-et-lac-Tjornin.JPG

 

_DSC7104Nourrissage-des-canards--oies-et-goelands.JPG

 

Goéland marin Larus marinus

_DSC7105--2-.JPG

 

Eider à duvet Somateria mollissima femelle et jeune avec critères de déterminations notés sur la photo par mon ami Camille HELLIO que je remercie pour son aide précieuse à la détermination des oiseaux souvent pris de très loin, parfois depuis le bus

_DSC7124.jpg

 

Jeune Chambre Internationale

_DSC7137.JPG

 

Eglise luthérienne de Hallgrimur en forme de fusée en orgues basaltiques, devant la statue de Leifr Ericson le fils d'Erik le Rouge qui découvre l'Amérique au 11ème siècle selon la tradition des sagas islandaises, bien avant Christophe Colomb...

_DSC7140.JPG

 

Eglise de Hallgrimur, orgues colossales composées de 5200 tuyaux

_DSC7147.JPG

 

Eglise de Hallgrimur et son vrai palmier

_DSC7149.JPG

 

Rue calme de Reykjavik

_DSC7154.JPG

 

Etourneau sansonnet Sturnus vulgaris

_DSC7173Etourneau-sansonnet-Sturnus-vulgaris--2-.JPG

 

Musée de la photo pour expositions à thème, la femme en juillet 2012

_DSC7178.JPG

 

Harpa, opéra et palais des congrès futuriste à la façade miroitante due à l'architecte danois Olafur Eliasson

_DSC7183Harpa--opera-et-palais-des-congres-futuriste.JPG

 

Le grand corbeau Corvus corax fait partie de la mythologie islandaise

_DSC7195Grand-corbeau-Corvus-corax--2-.JPG

 

Solfar suncraft, « Le Voyageur du Soleil », sculpture moderne de l'islandais Jon Gunnar Arnason en acier inoxydable représentant une sorte de drakkar vikking

_DSC7207.JPG

 

Blocs polis sur le front de mer

_DSC7212.JPG

 

Zoo plutôt parc d'attractions, enclos vides pour la plupart, contact avec chevaux et chèvres

_DSC7249.JPG

 

Bulle de savon géante

_DSC7258.JPG

 

Lilas en fleurs en juillet

_DSC7275---2-.JPG

 

Jardin botanique sous un soleil éclatant

_DSC7332Jardin-botanique.JPG

 

Chèvrefeuille involucré Lonicera involucrata 

_DSC7341.JPG

 

Sizerin flammé Carduelis flammea

_DSC7412--2-.JPG

 

Contacts agence de voyage QUARTIER LIBRE qui m'a donné entière satisfaction pour ce circuit en Islande :

Service AGENCES
Le Britannia allée C - 20 bd Eugène Deruelle 69432 LYON cedex 03
Tél: 04 78 53 39 28 - Fax: 01 34 20 43 64
service.agences@quartier-libre.fr 

http://www.quartier-libre.fr/pro

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Palmiers d’Alsace et du Lac de Constance

 

Par Jean-Marc BURGLIN

 

 

Le climat du Nord-Est de la France n'est guère favorable à la vie des palmiers en pleine terre, à quelques exceptions près. La plupart de ceux destinés à donner un air de tropiques, sous un climat qui ne l'est pas la majeure partie de l'année, sont cultivés en pots. Ils ne sont placés à l'extérieur qu'à la "belle" saison, comme ceux du parc de l'Orangerie de la capitale européenne Strasbourg pris en photo sous une pluie battante et une température de quinze degrés à peine, en plein cœur de l'été 2010, avec les traditionnels nids de cigognes en arrière- plan.

 

Plus au Sud de l'Alsace, mais où les températures moyennes sont encore un peu plus basses, un bel exemplaire de palmier Trachycarpus fortunei d'une dizaine d'années sans doute profite de la relative protection d'une maison d'habitation pour résister aux gelées hivernales, bien qu'elles l'aient particulièrement mis à mal en 2009-2010. Des jeunes palmes naissantes au sommet montrent une vitalité retrouvée aux beaux jours sous ces latitudes de 47° 36' Nord et 7° 29' Est.

 

Trachycarpus fortuneidit palmier de Chine ou palmier à chanvre en raison de son stipe recouvert de fibres brunes, pousse en Chine jusqu'à une altitude de 2400 mètres, ce qui explique sa bonne résistance au froid : jusqu'à -18 degrés voire même -25 degrés, un record enregistré en Allemagne. Ses fibres servaient autrefois en Chine à fabriquer manteaux imperméables, balais, brosses et tapis ; alors qu'en France on utilisait ce crin végétal pour rembourrer des matelas et fabriquer des sandales.

 

Dioïque, il y a donc des pieds mâles et des pieds femelles distincts. Pouvant atteindre 12 mètres de hauteur ce palmier prospère plus difficilement dans les régions tropicales, excepté en altitude à la Réunion, malgré sa rusticité et une large tolérance au soleil dès le jeune âge. Les jardineries le commercialisent sous ses anciennes dénominations Chamaerops excelsa ou Trachycarpus excelsus. Ses cousins asiatiques T. martianus,T. nanus ou T. takil présentent également une bonne résistance au froid.

 

À quelques 200 kilomètres au Sud-Est, par des températures toujours aussi fraîches en plein mois d'août 2010 lors de ma visite, le microclimat du bord du lac de Constance et de l'île de Mainau en Allemagne, limitrophe de la Suisse, permet d'intégrer au paysage des palmiers en pleine terre. Ce sont tous des Trachycarpus fortunei«Hanfpalme» en langue de Goethe dans laquelle les noms botaniques sont souvent plus explicites que les noms français, le mot allemand "Hanf" signifiant chanvre.

 

Un jardinier du parc me fait part des récentes pertes hivernales, 6 palmiers n'ayant pas résisté aux longues périodes de gel intense du dernier hiver malgré des couches de feuilles mortes et d'aiguilles placées pour protéger les racines... L'île bénéficie pourtant d'une moyenne de températures annuelles de 8,9 degrés, douceur plutôt rare sous des latitudes de 47° 42' Nord et 9° 12' Est.

 

Dès l'entrée sur l'île Mainau reliée à la terre ferme par un long pont, trois palmiers Trachycarpus fortunei en pleine terre décorent le rond-point central, avant d’en découvrir plusieurs autres dans un cadre plus idyllique au milieu de massifs floraux, dahlias, terrasses méditerranéennes ou escalier fleuri à l'italienne du jardin des pivoines...

 

À l'extrémité du mur délimitant le petit port et devant l'immensité du lac rappelant un peu l'océan dans des contrées si éloignées de la mer, d'autres palmiers en pleine terre complètent l'exotisme de l'«île aux fleurs». Celle-ci est la propriété du comte Lennart Bernadotte, fils du prince Guillaume de Suède et de la grande princesse de Russie Maria Pawlovna.

 

Le château construit à partir de 1739 occupe la partie centrale de l'île et est bordé par une serre géante (d’une surface de 1241 mètres carrés) qui abrite agrumes, plantes sensibles au froid et palmiers. Elle est d’habitude en partie démontée pour l'été, donnant l'impression que les palmiers prospèrent sans abri, mais elle a été cette année laissée en état hivernal, en prévision peut-être d'un été particulièrement frais !

 

Le dépaysement est réel si l'on s'installe à table sous les imposants palmiers des Canaries, Phoenix canariensis, cadeaux du comte de Bodman au grand duc Frédéric Ieret symboles de Mainau, protégés par une serre agrandie chaque automne depuis des décennies. Le plus beau palmier des Canaries gela durant l'hiver 1945-46 faute de combustible pour chauffer la serre. Lors de la transformation de la terrasse du château en 1968 on a dû déplacer le plus grand des sujets qui atteint aujourd’hui 16 mètres, pour un poids de quelque 25 tonnes avec les racines !

 

La serre abrite également un seul vrai palmier dattier Phoenix dactylifera et quelques autres espèces comme Butia eriospatha, Livistona australis, Butia capitata, Trachycarpus wagnerianus, Chamaerops humilis méditerranéen, présent également en bacs dans les allées du parc, Caryota mitis, Syagrus romanzoffiana, Brahea armata, Arenga engleri, Sabal palmetto, Jubaea chilensis, Howea forsteriana, Phoenix roebelenii, P. rupicola, Rhapis excelsa, Washingtonia robusta et W. filifera avec son imposante robe, un panneau expliquant au public que c'est sa forme naturelle en Californie, raison pour laquelle on laisse ses palmes sécher le long du stipe.Des affiches y annoncent un prochain concert de jazz sous les palmiers « Jazz unter Palmen ».

 

À l'extérieur, en pots rentrés l'hiver, on peut voir un filao, un callistemon, Cycas revoluta, Dioon edule, Bougainvillea, Kalanchoe beharensis, Pachypodium, ... et on se croirait réellement sous d'autres cieux plus doux... Il faut regarder de près le Washingtonia robusta qui semble installé en pleine terre au milieu d'un massif floral pour découvrir le pot en partie enterré, il sera donc rentré pour l'hiver !

 

L'heure du rendez-vous au parking des autocars pour le retour approche et les minutes sont comptées pour visiter la serre à papillons, le temps manque même pour y admirer le Licuala grandis planté en 1996 près de la petite cascade où il trouve un milieu favorable à sa croissance...

 

Dans la ville alsacienne de Mulhouse, outre des faux cocotiers en plastique jaune made in China, d'un goût assez douteux, devant l'entrée d'une galerie commerciale moderne du centre ville, la présence de palmiers devant le principal monument historique local est plus étonnante. L'hôtel de ville - deux étoiles dans un guide touristique national - datant de 1552, de style Renaissance rhénane, est unique en France avec ses façades peintes et son escalier double. Orné de plusieurs Phoenix canariensis en pots, on a apporté de cette manière à une architecture alsacienne authentique une touche d'exotisme inattendue du plus bel effet.

 

Les palmiers mettent harmonieusement en valeur le patrimoine et montrent s'il en était encore besoin que notre attrait pour ces plantes est largement partagé, même sous des climats plutôt rudes!


 

Strasbourg, parc de l'Orangerie, palmiers Trachycarpus fortunei rentrés l'hiver

P780.jpg-redim640.JPG

 

Floraison de Trachycarpus fortunei en grands pots

P782.jpg-redim640.JPG

 

Strasbourg, palmier des Canaries Phoenix canariensis et nids de cigognes

P800S.jpg-redim640

 

Munster, cigognes blanches Ciconia ciconia

P802Munster-redim640.JPG

 

Maison familiale BURGLIN à Baldersheim près de Mulhouse

P805-redim640.JPG

 

Mairie de Mulhouse, palmiers des Canaries Phoenix canariensis

P807s.jpg-redim640.JPG

 

Mulhouse, Tour  de l'Europe et cocotiers Cocos nucifera var. plasticus

P808.jpg-redim640.JPG 

Blotzheim un peu au " Sud " de Mulhouse, palmier Trachycarpus fortunei en pleine terre après un hiver rude

P810.jpg-redim640.JPG

 

Pont vers l'Ile Mainau sur le Lac de Constance

P820.jpg-redim640.JPG

 

Composition florale sur l'Ile Mainau

P822.jpg-redim640.JPG

 

Château et Chapelle baroques 

P823-redim640.JPG

 

Palmiers Trachycarpus fortunei en pleine terre

P827IleMainauPalmierTrachycarpus-fortunei-PleineTerre-redim.JPG

 

P824Ile-Mainau--.jpg-redim640.JPG

 

P826Trachycarpus-fortunei-en-pleine-terre.jpg-redim640.JPG

 

Escalier fleuri à l'italienne et palmier Trachycarpus fortunei en pleine terre

P825Escalier-fleuri-a-l-italienne-et-T.-fortunei.jpg-redim.JPG

 

Ile Mainau, port et palmier Trachycarpus fortunei en pleine terre

P828.jpg-redim640.JPG

 

Palmier Washingtonia robusta rentré l'hiver 

P829.jpg-redim640.JPG

 

Roseraie, serre, église et château

P830.jpg-redim640.JPG

 

Grande serre et palmiers des Canaries Phoenix canariensis

P832.jpg-redim640.JPG

 

Palmier des Canaries Phoenix canariensis 

P834.jpg-redim640.JPG

 

Beau palmier méditerranéen Chamaerops humilis dans la grande serre

P836.jpg-redim640.JPG

 

La grande serre n'a pas été démontée pour l'été 2010 frais, palmier brésilien Butia eriospatha 

P1010449I-redim640.JPG

 

Palmier Livistona australis 

P1010452redim640.JPG

 

Palmier Trachycarpus wagnerianus

P1010471-redim640.JPG

 

Tables et bar sous les palmiers dans la grande serre

P1010475-redim640.JPG 

Ile Mainau, palmier Trachycarpus fortunei en pleine terre près de la Cave Comturey

P1010559-redim640-copie-1.JPG

 

 

 


Partager cette page

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de decouvertephotos
  • : Photos de voyages et de l'Ile de la Réunion
  • Contact

Recherche

Pages

Liens